250A-LES FEUILLES MORTES - C1 Sol# m

Jacques Prevert / Joseph Kosma

 

C’est une chanson

qui nous ressemble.

Toi, tu m’aimais

et je t’aimais

 

Et nous vivions

tout deux ensemble,

Toi qui m’aimais,

moi qui t’aimais.

 

Mais la vie sépare ceux qui s’aiment.

Tout doucement, sans faire de bruit

Et la mer efface sur le sable

Les pas des amants désunis.

 

 

 

 

 

 

 

 

La la la laa..

La la la laa..

 

Mais la vie sépare ceux qui s’aiment.

Tout doucement, sans faire de bruit

Et la mer efface sur le sable

Les pas des amants désunis.

 

Et la mer efface sur le sable

Les pas des amants désunis.

250B-LA PLAGE - Si m

Marie Laforet

 

Quand sur la plage

Tous les plaisirs de l'été

Avec leurs joies

Venaient à moi

 De tous côtés

 

 L'amour offrait l'éternité

 A cette image

 De la plage ensoleillée

 

 C'est bien dommage

 Mais les amours de l'été

 Bien trop souvent

 Craignent les vents

 En liberté

 

 Mon coeur cherchant sa vérité

 Vient fair' naufrage

 Sur la plage désertée.

 

 

 

 

 

 

Le sable et l'océan

 Tout est en place

 De tous nos jeux pourtant

 Je perds la trace

 

 Un peu comme le temps

 La vague efface

 L'empreinte des beaux jours

 De notre amour.

 

 Mais sur la plage

 Le soleil revient déjà

 Passe le temps

 Le coeur content

 Reprends ses droits

 

 A l'horizon s'offre pour moi

 Mieux qu'un mirage

 Une plage retrouvée

 Mieux qu'un mirage

 C'est la plage ensoleillée.

251A-JE NE REGRETTE RIEN - C1 Sol M

Edith Piaf

 

Non, rien de rien,

non, je ne regrette rien

 

ni le bien qu'on m'a fait,

ni le mal

 tout ça m'est bien égal

 

 Non, rien de rien,

non, je ne regrette rien

 

c'est payé, balayé,

oublié,

 je me fous du passé

 

 *Avec mes souvenirs

j'ai allumé le feu

 mes chagrins, mes plaisirs,

 je n'ai plus besoin d'eux

 

 

 

 

 

balayé les amours

avec leurs trémolos

 balayé pour toujours

 je repars à zéro

 

Non, rien de rien,

non, je ne regrette rien

 

ni le bien qu'on m'a fait,

 ni le mal

 tout ça m'est bien égal

 

 Non, rien de rien,

non, je ne regrette rien

 

car ma vie, car mes joies

 aujourd'hui

ça commence avec toi

 

251B-LA VIE EN ROSE - C1 Sol M

Edith Piaf

 

Des yeux qui font baiser les miens,

 Un rire qui se perd sur sa bouche,

 Voila le portrait sans retouche

 De l'homme auquel j'appartiens…

 

 Quand il me prend dans ses bras

 Il me parle tout bas,

 Je vois la vie en rose.

 Il me dit des mots d'amour,

 Des mots de tous les jours,

 Et ça me fait quelque chose.

 

 Il est entre dans mon coeur

 Une part de bonheur

 Dont je connais la cause.

 C'est lui pour moi.

Moi pour lui  Dans la vie,

 Il me l'a dit, l'a jure pour la vie…

 

 Et des que je l'apercois

 

Alors je sens en moi

 Mon coeur qui bat

 

 Des nuits d'amour a ne plus en finir

 Un grand bonheur qui prend sa place

 Des ennuis des chagrins, des phases

 Heureux, heureux a en mourir.

 

 Quand il me prend dans ses bras

 Il me parle tout bas,

 Je vois la vie en rose.

 Il me dit des mots d'amour,

 Des mots de tous les jours,

 Et ca me fait quelque chose.

 Il est entre dans mon coeur

 Une part de bonheur

 Don't je connais la cause.

 C'est toi pour moi.

Moi pour toi  Dans la vie,

 Il me l'a dit, l'a jure pour la vie.

 

 Et des que je l'apercois

 Alors je sens en moi  Mon coeur qui bat…

252A-ET MAINTENANT - Fa M

Gilbert Becaud

 

Et maintenant que vais-je faire

De tout ce temps que sera ma vie

De tous ces gens qui m'indiffèrent

Maintenant que tu es partie

 

Toutes ces nuits, pourquoi pour qui

Et ce matin qui revient pour rien

Ce cœur qui bat, pour qui, pourquoi

Qui bat trop fort, trop fort

 

Et maintenant que vais-je faire

Vers quel néant glissera ma vie

Tu m'as laissé la terre entière

Mais la terre sans toi c'est petit

 

Vous, mes amis, soyez gentils

Vous savez bien que l'on n'y peut rien

Même Paris crève d'ennui

Toutes ses rues me tuent

 

 

 

 

 

Et maintenant que vais-je faire

Je vais en rire pour ne plus pleurer

Je vais brûler des nuits entières

Au matin je te haïrai

 

Et puis un soir dans mon miroir

Je verrai bien la fin du chemin

Pas une fleur et pas de pleurs

Au moment de l'adieu

 

Je n'ai vraiment plus rien à faire

Je n'ai vraiment plus rien ...

 

252B-NATHALIE - La m

Gilbert Becaud

 

La place Rouge était vide

Devant moi marchait Nathalie

Il avait un joli nom, mon guide

Nathalie…

La place Rouge était blanche

La neige faisait un tapis

Et je suivais par ce froid dimanche

Nathalie…

 

Elle parlait en phrases sobres

De la révolution d'octobre

Je pensais déjà

Qu'après le tombeau de Lénine

On irait au cafe Pouchkine

Boire un chocolat…

 

La place Rouge était vide

J'ai pris son bras, elle a souri

Il avait des cheveux blonds, mon guide

Nathalie, Nathalie...

 

 

================================= 

 

 

Plus question de phrases sobres

Ni de révolution d'octobre

On n'en était plus là

Fini le tombeau de Lenine

Le chocolat de chez Pouchkine

C'est, c'était loin déjà

 

Que ma vie me semble vide

Mais je sais qu'un jour à Paris

C'est moi qui lui servirai de guide

Nathalie, Nathalie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans sa chambre à l'université

Une bande d'étudiants

L'attendait impatiemment

On a ri, on à beaucoup parlé

Ils voulaient tout savoir

Nathalie traduisait

Moscou, les plaines d'Ukraine

Et les Champs-Élysées

On à tout melangé

Et l'on à chanté

 

Et puis ils ont débouché

En riant à l'avance

Du champagne de France

Et l'on à dansé

 

Et quand la chambre fut vide

Tous les amis etaient partis

Je suis resté seul avec mon guide

Nathalie

 

253A-LA BOHÉME - C1 Mi m

Charles Aznavour

 

Je vous parle d'un temps Que les moins de vingt ans

Ne peuvent pas connaître

Montmartre en ce temps-là Accrochait ses lilas

Jusque sous nos fenêtres

 

Et si l'humble garni Qui nous servait de nid

Ne payait pas de mine

C'est là qu'on s'est connu Moi qui criait famine

Et toi qui posais nue

 

La bohème, la bohème

Ça voulait dire on est heureux

La bohème, la bohème

Nous ne mangions qu'un jour sur deux

 

Dans les cafés voisins Nous étions quelques-uns

Qui attendions la gloire

Et bien que miséreux

Avec le ventre creux Nous ne cessions d'y croire

Et quand quelque bistro Contre un bon repas chaud

 

 

 

 =====================================================

 

 

 

Quand au hasard des jours Je m'en vais faire un tour

A mon ancienne adresse

Je ne reconnais plus

Ni les murs, ni les rues Qui ont vu ma jeunesse

En haut d'un escalier

Je cherche l'atelier

Dont plus rien ne subsiste

Dans son nouveau décor

Montmartre semble triste

Et les lilas sont morts

 

La bohème, la bohème

On était jeunes, on était fous

La bohème, la bohème

Ça ne veut plus rien dire du tout

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous prenait une toile

Nous récitions des vers Groupés autour du poêle

En oubliant l'hiver

 

La bohème, la bohème

Ça voulait dire… tu es jolie

La bohème, la bohème

Et nous avions tous… du génie

 

Souvent il m'arrivait Devant mon chevalet

De passer des nuits blanches

Retouchant le dessin

De la ligne d'un sein Du galbe d'une hanche

Et ce n'est qu'au matin Qu'on s'assayait enfin

Devant un café-crème

Epuisés mais ravis Fallait-il que l'on s'aime

Et qu'on aime la vie

 

La bohème, la bohème

Ça voulait dire on a vingt ans

La bohème, la bohème

Et nous vivions de l'air du temps

 

254A-LE METEQUE - La M

Georges Moustaki

 

Avec ma gueule de métèque

De juif errant, de pâtre grec

Et mes cheveux aux quatre vents

Avec mes yeux tout délavés

Qui me donnent un air de rêver

Moi qui ne rêve plus souvent

 

Avec mes mains de maraudeur

De musicien et de rôdeur

Qui ont pillé tant de jardins

Avec ma bouche qui a bu

Qui a embrassé et mordu

Sans jamais assouvir sa faim

 

Avec ma gueule de métèque

De juif errant, de pâtre grec

De voleur et de vagabond

Avec ma peau qui s'est frottée

Au soleil de tous les étés

Et tout ce qui portait jupon

 

 

 

 

Avec mon cœur qui a su faire

Souffrir autant qu'il a souffert

Sans pour cela faire d'histoires

Avec mon âme qui n'a plus

La moindre chance de salut

Pour éviter le purgatoire

 

Avec ma gueule de métèque

De juif errant, de pâtre grec

Et mes cheveux aux quatre vents

Je viendrai ma douce captive

Mon âme sœur, ma source vive

Je viendrai boire tes vingt ans

 

Et je serai prince de sang

Rêveur ou bien adolescent

Comme il te plaira de choisir

 

Et nous ferons de chaque jour

Toute une éternité d'amour

Que nous vivrons à en mourir (BIS)

253B-ALINE - Do M

Christophe

 

J'avais dessiné

sur le sable,

son doux visage

qui me souriait.

 

puis il a plu

sur cette plage,

dans cet orage,

elle a disparu.

 

et j'ai crié, crié,

aline, pour qu'elle revienne,

et j'ai pleuré, pleuré,

oh! j'avais trop de peine.

 

Je me suis assis auprés de son âme,

mais la belle dame s'était enfuie.

je l'ai cherchée sans plus y croire

et sans un espoir, pour me guider.

 

 

 

 

et j'ai crié, crié,

aline, pour qu'elle revienne,

et j'ai pleuré, pleuré,

oh! j'avais trop de peine.

 

Je n'ai gardé que ce doux visage

comme une épave sur le sable mouillé.

 

et j'ai crié, crié,

aline, pour qu'elle revienne,

et j'ai pleuré, pleuré,

oh! j'avais trop de peine.

 

255A-CAPRI - C1 Re M

Hervé Vilard

 

Nous n'irons plus jamais, Où tu m'as dit je t'aime,

Nous n'irons plus jamais, Tu viens de décider,

 

Nous n'irons plus jamais, Ce soir c'est plus la peine,

Nous n'irons plus jamais, Comme les autres années;

 

Capri, c'est fini

Et dire que c'était la ville

De mon premier amour,

Capri, c'est fini,

Je ne crois pas

Que j'y retournerai un jour.(BIS)

 

Nous n'irons plus jamais, Où tu m'as dit je t'aime,

Nous n'irons plus jamais, Comme les autres années;

 

Parfois je voudrais bien,

Te dire recommençons,

Mais je perds le courage,

Sachant que tu diras non.

 

 

 

 

Capri, c'est fini,

Et dire que c'était la ville

De mon premier amour,

Capri, c'est fini,

Je ne crois pas

Que j'y retournerai un jour.(BIS)

 

Nous n'irons plus jamais, Mais je me souviendrais,

Du premier rendez-vous, Que tu m'avais donné,

 

Nous n'irons plus jamais, Comme les autres années,

Nous n'irons plus jamais Plus jamais, plus jamais.

 

+ 1 tono

 

Capri, c'est fini,

Et dire que c'était la ville

De mon premier amour,

Capri, c'est fini,

Je ne crois pas

Que j'y retournerai un jour.(X4)

254B-MA SOLITUDE - La M

Georges Moustaki

 

Pour avoir si souvent dormi

avec ma solitude.

Je m'en sius fait presqu'une amie,

une douce habitude.

Ell'ne me quitte pas d'un pas,

fidèle comme une ombre,

Elle m'a siuvu ça et là

aux quatre coins du monde.

 

Non,

je ne suis jamais seul,

avec

ma solitude.

 

Quend elle est au creux de mon lit

elle prende toute la place.

Et nous passons de longues nuits

tous les deux face à face.

Je ne sais vraiment pas jusqu'où

ira cette complice,

 

 

 

 

 

faudra-t-il que j'y prenne goût.

Ou que je réagise?

 

Non, je ne suis jamais seul,

avec ma solitude.

 

Par elle, j'ai autant appris

qie j'ai versé de larmes.

Si parfois je la répudie

jamais elle ne désarme,

Et si je préfère l'amour

d'une autre courtisane,

elle sera à mon dernier jour

ma dernière compagne.

 

Non,

 je ne suis jamais seul,

avec ma solitude.

 

Non,

je ne suis jamais seul,

avec ma solitude.

256A-SUR LE PONT D'AVIGNON - Re M

 

 

Sur le pont d'Avignon,

On y danse, on y danse,

Sur le pont d'Avignon,

On y danse tous en rond.

 

Les belles dames font comme-ça

Et puis encore comme ça...

 

Sur le pont d'Avignon,

On y danse, on y danse,

Sur le pont d'Avignon,

On y danse tous en rond.

 

Les beaux messieurs font comme ça

Et puis encore comme ça...

 

Sur le pont d'Avignon,

On y danse, on y danse,

Sur le pont d'Avignon,

On y danse tous en rond.

 

 

 

 

Les militaires font comme ça

Et puis encore comme ça...

 

Sur le pont d'Avignon,

On y danse, on y danse,

Sur le pont d'Avignon,

On y danse tous en rond.

 

Les musiciens font comme ça

Et puis encore comme ça...

 

Sur le pont d'Avignon,

On y danse, on y danse,

Sur le pont d'Avignon,

On y danse tous en rond

 

256B-ALOUETTE - Re M

 

Alouette, gentille alouette,

Alouette, je te plumerai.

 

Je te plumerai la tête, Je te plumerai la tête,

Et la tête, et la tête.

 

Alouette, gentille alouette,

Alouette, je te plumerai.

 

Je te plumerai le bec, Je te plumerai le bec,

Et le bec, et la tête.

 

Alouette, gentille alouette,

Alouette, je te plumerai.

 

Je te plumerai les yeux, Je te plumerai les yeux,

Et les yeux, et le bec, et la tête.

 

Alouette, gentille alouette,

Alouette, je te plumerai.

 

 

 

 

Je te plumerai le cou, Je te plumerai le cou,

Et le cou, et les yeux,

et le bec, et la tête.

 

Alouette, gentille alouette,

Alouette, je te plumerai.

 

Je te plumerai la queue, Je te plumerai la queue,

Et la queue, et le cou,

Et les yeux, et le bec,

Et la tête

 

Alouette, gentille alouette,

Alouette, je te plumerai.

 

Je te plumerai les pattes, Je te plumerai les pattes.

Et les pattes, et la queue,

Et le cou, et les yeux,

Et le bec, et la tête.

 

Alouette, gentille alouette,

Alouette, je te plumerai

257A-LES MOTS BLEUS

Christophe

 

Il est six heures au clocher de l'église

Dans le square les fleurs poétisent

Une fille va sortir de la mairie

Comme chaque soir je l'attends

Elle me sourit

Il faudrait que je lui parle

A tout prix

 

Je lui dirai les mots bleus

Les mots qu'on dit avec les yeux

Parler me semble ridicule

Je m'élance et puis je recule

Devant une phrase inutile

Qui briserait l'instant fragile

D'une rencontre

D'une rencontre

 

Je lui dirai les mots bleus

Ceux qui rendent les gens heureux

Je l'appellerai sans la nommer

 

 

 

 =========================================

 

Je lui dirai les mots bleus

Ceux qui rendent les gens heureux

Une histoire d'amour sans paroles

N'a plus besoin du protocole

 

Et tous les longs discours futiles

Terniraient quelque peu le style

De nos retrouvailles

De nos retrouvailles

 

Je lui dirai les mots bleus

les mots qu'on dit avec les yeux

Je lui dirai tous les mots bleus

Tous ceux qui rendent les gens heureux

Tous les mots bleus

 

 

 

 

 

 

Je suis peut-être démodé

Le vent d'hiver souffle en avril

J'aime le silence immobile

D'une rencontre

D'une rencontre

 

Il n'y a plus d'horloge, plus de clocher

Dans le square les arbres sont couchés

 

Je reviens par le train de nuit

Sur le quai je la vois

Qui me sourit

Il faudra bien qu'elle comprenne

A tout prix

 

Je lui dirai les mots bleus

Les mots qu'on dit avec les yeux

Toutes les excuses que l'on donne

Sont comme les baisers que l'on vole

Il reste une rancœur subtile

Qui gâcherait l'instant fragile

De nos retrouvailles

De nos retrouvailles